Montmartre : Gen-Paul
Gen-Paul et Pomme


Albert Herter
Albert Herter
L'heure du départ
La peinture murale
De la gare de l'Est



Les chats



Pigalle


Une soirée à
"La
Pomponnette"




Photos anciennes


Montmartre :


Les Batignolles :

Jean Arcelin
Jean Arcelin

Mes Batignolles
Nathalie Rouzières :
mes Batignolles


Les jardins Tivoli :

Les restaurants amis du 17e arrondissement :


La gaieté Cosaque




Le vieux Logis




Un air de famille



Le petit Chavignol



18e arrondissement


Chez Armelle et Henri
Par Nico

Boutiques du 17e:

Salama

Le Karimnicoshow


Vacances de rêve ?


Le chateau de la Planchette


Le musée des Beaux-Arts

Voilą très longtemps que j'en parle. Outre que j'ai beaucoup d'admiration pour Jacques-Émile Blanche et ses portraits, je voulais faire découvrir le magnifique patrimoine du Musée des Beaux-Arts de Rouen aux élèves. Et puis j'ai reculé devant la tâche. Organiser un voyage tel que celui-ci parait simple. Mais rien n'est jamais simple. Au dernier moment, il y a toujours un col du fémur qui flanche, une scarlatine qui se déclanche, une tempète en vue ou un divorce impromptu. Et puis rien qu'à imaginer propulser 70 personnes dans les dédales du Musée se trouvait au dessus de mes forces malgré la forte envie de faire partager mon enthousiasme..
Heureusement, il y a Anne-Marie :

Anne-Marie

-" Ben alors ? Tu promets, tu promets, mais on ne voit jamais rien venir. Et le voyage à Rouen ?"
Reprise en coeur par les autres, j'admets qu'elle a raison.

La garela gare

Le Musée

Jacques Émile Blanche
Jacques-Émile Blanche, autoportrait.

J'ai connu le Musée de Rouen par l'oeuvre de Jacques-Émile Blanche et particulièrement par son portrait d'André Gide, que je classe parmi les plus beaux et les plus émouvants. On l'y voit fatigué, sur le déclin, probablement malade, mais d'une telle intensité et d'une telle transparence que j'en suis resté troublé.

André Gide

André Gide
André Gide

Jacques-Emile Blanche est le fils et petit-fils des célèbres médecins aliénistes de la "Clinique Blanche" qui eurent pour pensionnaires Gérard de Nerval et Guy de Maupasssant.     
La clinique crée par le grand-père Esprit Blanche, sur la Butte Montmartre, fut transférée à Passy où elle acquit sa notoriété.
Enfant de la grande bourgeoisie intelligente et raffinée du siècle, Jacques-Émile va lui-même traverser la fin du XIXe siècle et le début du XXe en côtoyant pratiquement "tout ce qui compte dans le monde des arts, des lettres et de l'esprit, avec cette pointe de snobisme britannique qui en fait une sorte d'embassadeur de la culture française en Angleterre. Avec une effet de réciprocité, car on le voit introduire les peintres anglais de sa génération en France.

Aubrey Beardsley
Aubrey Bearsley
James Joyce
James Joyce

Cette action teintée de mondanité va porter préjudice a son oeuvre de peintre et, paradoxalement, l'isoler. Tout comme pour Caillebotte, le cliché de l'artiste miséreux va lui être fatal. On n'imagine pas que le talent puisse frapper un riche ou un mondain. Il faut qu'il y ait de la tragédie pour émouvoir le public : il croit volontiers qu'on ne crée que dans la douleur. Rien de tel chez Jacques-Émile Blanche (ni d'ailleurs chez Van Gogh) , dont il faut regarder l'oeuvre sans préjugés. Celui qui fut, jeune, l'ami de Degas et des plus grands peintres de ce temps va aborder la peinture avec un mélange de liberté et de sévérité, un souci de clarté qui en fait un incomparable portraitiste.

Claude Debussy
Claude Debussy
Claude Debussy
Debussy
Igor Stravinski
Igor Stravinsky

A l'époque des Boldoni, Sargent, La Gandara, il est sans doute celui qui a le plus scrupuleusement tenté de donner vie et fidélité à la confiance que lui accordent clients et amis posant devant son chevalet. Il cherche moins le style, se défiant de tout effet, pour atteindre une exactitude qui rejoint celle, toute en discrétion, de son modèle, Fantin-Latour, auquel il fait songer, tant par la mesure qu'il exprime que par le goût pour ce climat feutré, douillettement bourgeois.

Il a composé une formidable galerie des gloires de son temps, d'André Gide à Jean Cocteau, en passant par Marcel Proust, la contesse de Noailles ou Maurice Barrès, René Crevel ou Raymond Radiguet et même, fortuitement, Mallarmé ou Pierre Louys, ce qui illustre bien l'étendue de son registre dans le temps. Tout comme Vuillard, il se plaît aux atmosphères de quiétude d'intérieurs qui sont ceux de sa propre vie.

 


Madame Hesnault

Témoin incomparable par le texte et l'écho de ses amitiés multiples et de qualité, il est un peintre scrupuleux, à l'audace modérée et à la sensibilité pudique. Il serait dommage pour l'histoire de l'Art et de la société de son temps, de laisser cette oeuvre dans l'ombre.

Jean-Jacques Leveque ( le quatidien du médecin.)

J'ai rencontré son arrière petit fils (par adoption, Jacques-Emile n'a pas eu de descendance). Celui-ci conserve comme un trésor les souvenirs de cet ancètre par alliance avec une documentation magnifique.

Petite au Béret

Le groupe des six
Le groupe des six : composé de Darius Milhaud, Georges Auric, Arthur Honneger,
Louis Durey, Francis Poulenc.
Au centre, Germaine Tailleferre, en haut à droite Jean Cocteau

 

Ce site n'a aucune vocation commerciale et n'est sponsorisé par personne.